LETTRE F comme … #CHALLENGE AZ



F comme …


Au départ, lorsque  j’ai commencé à réfléchir sur quoi écrire à partir des lettres de l’alphabet, j’avais choisi de partir sur FRANÇOIS pour la lettre F.


Prénom fort présent dans ma généalogie.


Mais lorsque je suis arrivée à la lettre S, et que j’ai pensé à parler de « Souvenirs », c’est tout naturellement que je me suis mise à penser à mon Frère Christian, qui nous a quitté en 1986.

C’est donc « F comme Frère trop tôt disparu » dont je vais vous parler. 

 

 Qui es-tu mon frère ? De quel village viens-tu ?

A quelle tribu ou à quelle communauté appartiens-tu ?

Salutation africaine

 

 

 Mon Frère s’appelait Christian, il était né en 1959, et avait deux ans de plus que moi.Je n’ai pas beaucoup de souvenirs de lui durant notre petite enfance à part quelques photos.

 












Plus de souvenirs ensuite avec les voisins et voisines, lors de rencontres du jeudi (à l’époque on n’avait pas école le jeudi). 
On avait l’habitude de se réunir dans notre garage, où nous rebâtissions une école avec des caisses en bois (en guise de bureau). A croire que nous devions aimer l’école énormément !
On faisait le maître ou la maîtresse à tour de rôle, et les autres faisaient les élèves.
On jouait aussi à la poupée, aux billes, au ballon, faisions des tours de vélos dans le quartier, allions au parc qui se trouve en haut de notre rue…
C’était le bon temps – l’insouciance de notre jeunesse.

Nous aimions aussi  nous déguiser (mon frère à gauche, avec un voisin)

 



Christian était très bricoleur. Avec des voisins il avait construit une sorte de karting ! (mon frère est à gauche sur la photo)

 










Nous faisions également partie d’une association d'aéromodélisme, et mon frère était très compétiteur. Lors des concours régionaux ou nationaux, il voulait toujours être le premier !!
Je suis au milieu, et mon frère est le troisième en partant de la droite

 


Dans les années 75/80, Christian (deuxième en partant de la gauche en haut) et moi seule fille






Je me souviens aussi de nos grandes vacances, toujours à la montagne. Nous vivions dans notre caravane, que nous transportions un peu partout. Nous restions très peu de temps dans le même coin, mes parents aimaient (surtout mon Père) beaucoup bouger.
On se trouvait un coin pour pique niquer, et nous avions toujours une rivière à côté, où mes frères et moi  pouvions patauger.









Et puis est venu le temps où nous avons fait notre vie chacun de son côté.

J’ai commencé à travailler en 1978, mon frère quelques années avant. Il était électromécanicien  et travaillait sur LE MANS. Il rentrait le vendredi soir, et repartait le dimanche soir.

 


Je me suis mariée en 1981, Christian a été mon témoin.






Il a fait sa vie de son côté, entre les parents, la famille, les copains, son travail, l’aéromodélisme qu’il continuait à pratiquer, et puis a finit par rencontrer une jeune femme. Pour lui, çà a été le coup de foudre !! L’Amour avec un grand A !
Malheureusement, ce n’était pas réciproque. Et Christian ne l’a pas supporté. Il nous a quitté un matin de mars 1986 ! Il allait avoir 27 ans !
A ce moment là, il se passe beaucoup de choses dans ma tête !
Sentiments d’abandon, de colère, de chagrin….. Mais il faut être forte pour mes parents et mon petit frère qui allait avoir 20 ans peu de temps après,
Alors je laisse mes sentiments de côté, aussi pour que ma petite fille, qui n’avait à l’époque que 3 ans, ne voit pas sa Maman triste !
Chez mes parents, pendant longtemps, nous ne pouvions pas parler facilement de ce frère qui nous avait quitté par amour pour une fille.
Ces sentiments d’abandon, de chagrin et de colère  vont s’enfouir pendant  un long temps !
J’ai eu beaucoup de mal à expliquer à mes enfants, pourquoi et surtout comment ce frère nous avait quitté. Je ne suis même pas sûre aujourd'hui de leur avoir tout dit. Je pense, avec le recul, que j’aurai dû leur parler beaucoup plus tôt, mais soit ce n’était pas le bon moment, soit je n’en ai pas eu le courage ! 
J’ai fini par faire mon deuil, (enfin je crois) lorsque mon père nous a quitté à son tour en 1999, quand j’ai  vu le cercueil de mon frère, dans la tombe où allait être enterré mon Père. J’ai enfin réalisé qu’il ne reviendrait plus !
Aujourd’hui nous pouvons parler plus facilement de ce frère disparu trop tôt, avec ma mère, et avec les jeunes générations, lorsque nous évoquons, autour d’un bon repas, les souvenirs de famille, et que nous regardons  les photographies qui sont là  pour nous le rappeler,

Kenavo Christian, je ne t’oublie pas !

  Sources - photos familiales