#ChallengeAZ - KEPI




KEPI



Au moins deux gendarmes dans la famille qui ont porté le képi.





 


Un chez les RICHARD (par alliance voir mon article sur Barthélémy GUERIN) Barthélémy y a fait toute sa carrière.







 







L’autre chez les LEMESRE (famille de mon mari) voir mon article sur Marcel LEMESRE. Marcel est malheureusement mort en déportation en 1945)






Le képi est un couvre-chef d'origine militaire porté dans les forces armées ou dans certains métiers civils.
Il n'est généralement porté que par les hommes, le calot ou autre chapeau étant préféré pour les femmes.
Le képi est porté dans l'Armée de terre, mais pas dans la Marine. En règle générale, les femmes militaires portent, en France, le bicorne.
Le képi fut introduit dans l'armée française à partir de 1861 où il remplaça le shako. Il trouve son origine dans la Casquette d'Afrique.
Cependant, ce mot apparaît pour la première fois dans l'Inventaire du général Lassale en 1809.
Bien que représentant traditionnellement et symboliquement la France, notamment dans les médias ou les séries étrangères, le port et l'usage du képi sont en constante régression depuis une trentaine d'années :
  • abandon du port du képi dans la police nationale (où il a été supprimé en 1984 au profit d'une casquette plate qui était déjà en usage depuis toujours chez les CRS et à la PAF ainsi que dans les unités fluviales et motocyclistes). Jacques Rouland, dans l'émission « Monsieur cinéma », avait d'ailleurs regretté cette suppression du port du képi au motif qu'elle portait atteinte à l'image de la France et de Paris. À noter que jusqu'en 1995, les commissaires et les inspecteurs divisionnaires chefs de circonscription portaient le képi ainsi que, uniquement en grande tenue, les officiers de paix tout comme les gradés et gardiens de la paix jusqu'en 1991 ;
  • abandon du port du képi pour les surveillants pénitentiaires ou les préfets dès la fin des années 1940 ;
  • usage réservé à la tenue de ville, aux cérémonies ou aux services d'honneur pour les officiers, les sous-officiers et les militaires du rang de la Gendarmerie Nationale (depuis la généralisation, fin 2006, du port de la « tenue d'intervention » comportant une casquette-képi souple, abandonnée en 2017 au profit du bonnet de police (appelé calot aussi)) ou les douanes (depuis le début des années 1990), les forestiers de l'Office national des forêts, le personnel de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage, de l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques et les agents des Parcs nationaux où une casquette souple de type « baseball » le remplace pour la tenue de service courant.

 



Sources familiales et Wikipédia-
Lettrines Pascal Moguerou