LETTRE V comme VISONNEAU Claude #CHALLENGE AZ



V comme VISONNEAU Claude

« Je suis un maillon de la chaîne des hommes

Qui doit transmettre à mes descendants

La vie que moi-même ai reçue de mes parents et qui ne m’appartient pas »

Tradition orale africaine.

 

 

Mon Père Claude est né en 1934 – 2ème d’une fratrie de trois enfants, celui du milieu.

Issu d’un milieu modeste, il passe son enfance sur REZÉ plus précisément au Génetais (en Loire Atlantique) entouré de ses parents, de son frère aîné, et de sa petite sœur. Il fréquentait l’école primaire de Ragon, et faisait la route jusqu’à l’école à pied.

 

Le cinquième en haut en partant de la gauche

 

Il vécut la guerre 39/45 comme beaucoup d’enfants à cette époque  avec l’insouciance de l’enfance !


« Petite anecdote racontée par un ami d’enfance de mon Père, que j’ai connu par hasard, dans les années 2000 ; Pendant la guerre, lorsque les allemands passaient dans leur village pour rejoindre leur campement, il s’amusait avec d’autres gamins à leur lancer des bouses de vaches. »

 

Ensuite, mes grands-parents ont acheté un terrain à REZÉ quartier des Trois Moulins et ont construit leur maison.

 

 

J’ai trouvé une photo de mon père devant la maison de mes grands-parents avec un chien ! Lui qui n’en voulait surtout pas chez nous !

 


 

C’est lors du mariage de son cousin René, qu’il rencontre ma mère, elle-même cousine de la mariée.

 Ma Mère habitait VERTOU et mon Père faisait le trajet REZE/VERTOU à vélo pour aller rencontrer sa belle.

 

 

 

Ils se sont à leur tour mariés en 1958, après qu’il ait fait son service militaire en Tunisie (à l’époque il s’agissait de 2 années entières)

Il travaillait comme mécanicien automobile dans un garage sur Nantes, et ensuite il entra à la Raffinerie BEGHIN SAY où il a finit sa carrière comme Agent de Maîtrise. Il était très fier de son travail.

 


Ils  ont eu trois enfants, deux garçons et une fille, c’est moi, je suis comme mon Père, l’enfant du milieu !

 


 

Mon Père était très proche et fier de ses enfants, tout en étant distant. Il était rare que nous nous embrassions pour dire bonjour ou bonsoir ! Il ne montrait pas beaucoup ses sentiments. 

 

Il aimait aller à la pêche à la ligne avec son père, bricoler, jardiner. Ma Mère a conservé un cahier dans lequel il écrivait ses journées de jardinage et ce depuis 1971.

 

 

 

 

 

 

Il aimait aussi faire des photos et nous prendre en photos.

C’est peut-être de lui que je tiens ce plaisir de faire de la photographie, et pour cela que mon fils en a fait son métier !

 

Lorsque nous partions en vacances, c’était toute une expédition ! Mon Père allait d’abord chercher  la caravane au hangar où elle était rangée pour l’hiver.

Ensuite, c’était grand nettoyage, extérieur comme intérieur, et puis venait le moment où nous mettions nos affaires dans les placards ! Il fallait aussi penser aux jeux de société, jeux de boules,  surtout ne rien oublier !

Et enfin le jour J – le trajet et le programme du jour était préparé à l’avance.

Comme j’étais malade en voiture, il fallait souvent s’arrêter ! Mais avec la caravane, il ne pouvait pas se garer n’importe où ! Je me faisais très souvent gronder ! Pourtant ce n’était pas ma faute ! Mais ce n’était pas bien grave, on avait tout oublié ensuite ! 

Mon Père avait la bougeotte - Il ne pouvait rester dans un coin plus d'une journée ou deux - Il fallait visiter ...

J’ai bien d’autres souvenirs, mais il serait trop long de tout raconter. 

Mon Père n’a pas beaucoup profité de sa retraite, il nous a quitté en décembre 1999 quelques jours avant Noël, après un long combat contre la maladie.

J’ai pu l’accompagner jusqu’au bout de son chemin, et j’en suis très heureuse aujourd’hui, même si cela a été très dur à l’époque. 

 

Je garde le souvenir d’un homme droit, honnête, apprécié de tous, et heureux de vivre.

Il nous a inculqué le sens du devoir, des valeurs, du travail bien fait, et de la vie de famille.

Je suis sûre qu’il nous regarde de là où il est, et qu’il veille sur nous !

*********

 

Sources - photos familiales

 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire