#CHALLENGE AZ - K




K Comme KILO DE BLE
Nous ne produisons que la nourriture dont nous avons besoin pour vivre.
Sobonfu Somé

La conscience doit être cultivée, semée, arrosée,
Car elle a quelque chose à voir avec la vie.
Elle touche à l’éthique, à l’esthétique et au ludique.
Comme pour la vie, elle n’est pas une machine qui est montée par la raison pour donner des résultats prévisibles.
Joseph Ki Zerbo

KILO : unité de base de masse dans le Système International d'unités (SI) qui a pour symbole kg. À l’origine le kilogramme représentait la masse d’un litre d’eau au maximum de sa densité, mais il est actuellement défini comme la masse du prototype international du kilogramme conservé au Bureau international des poids et mesures à Sèvres.

Bureau des Poids et Mesures à Sèvres

 


Le kilogramme est la seule unité SI de base possédant un multiple (« kilo », symbole « k ») dans son nom. Il s'agit également de la seule unité SI de base qui soit toujours directement définie par un objet matériel plutôt que par une propriété physique fondamentale pouvant être reproduite dans différents laboratoires. Quatre des sept unités de base du système international sont définies par rapport au kilogramme et sa stabilité est donc importante.
  • Les locomobiles de la force de 4 à 5 chevaux ont un poids qui atteint déjà 2000 kilogrammes. (Ch. Drion & E. Fernet, Traité de Physique élémentaire, Masson, 1885)
  • Avec des schappes de soie, on peut filer jusqu’au 400 mm au kilogramme. Avec les déchets de tussah on ne peut filer plus de 140 mm au kilogramme. (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie : Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
  • Notre hydravion chargé de 2.600 litres d’essence accusait un poids de 5.500 kilogrammes. (Jean Mermoz, Mes Vols, p.61, Flammarion, 1937)

Un cousin de ma Famille RICHARD (branche paternelle de ma mère) m’a indiqué que ; «  Autrefois, le résultat des battages se mesuraient en « double », récipient rond avec deux poignées d’une contenance universelle de 20 Kilogrammes. 4 doubles dans un sac et l’on montait le sac de 80 kilogrammes au grenier avec une technique que les jeunes envieraient aujourd’hui. »

« On pouvait dire qu’une ferme était importante si elle avait fait 800 doubles soit 16 tonnes de blé. » 

« Chez l’Oncle Louis (côté famille RICHARD) à la Pinsonnière cela oscillait entre 800 et 1000 doubles pour une ferme de 38,75 hectares. C’était une des fermes les plus importantes de la commune à l’époque avec Le Chatellier, et certaines fermes du Château d’Asson ».

 



 



















En général, un mètre cube de blé en gerbes, pèse 100 kilogrammes et correspond à huit ou dix gerbes.
A mesure que la paille est battue (au fléau), on la porte à la fourche dans un coin de la grange, où elle est bottelée en bottes de 5 k 5.
En moyenne, une récolte de 1hectare donnait 600 gerbes de blé de 10 Kilogrammes soit 6000 kilogrammes, 

 


Un batteur au fléau ne faisait ordinairement dans sa journée que l’égrenage de 60 gerbes de blé soit 600 kilogrammes.








Une batteuse de petite taille (de la force de trois chevaux) égrenait environ 5000 kilogrammes de gerbes par jour. Avec quatre chevaux, cette machine pouvait battre 7 à 8000 kilogrammes par jour. 




Sources ; Gallica « Encyclopédie agricole Cv Garola (1920) ; Wikipédia ; Photos battages (patrimoine familial) et photo (fléau) issue de Les Fermes d’Autrefois de Edouard Lynch (Editions France Loisirs) ; Origine 365 pensées de sages africains Danielle et Olivier FOLLMI.