#CHALLENGE AZ - M



M Comme Médaille militaire et Croix de Guerre



La non-violence est la plus grande force à la disposition de l’humanité.

Elle est plus puissante que l’arme de destruction la plus puissante

 conçue par l’ingéniosité de l’homme
Gandhy


MEDAILLE MILITAIRE : décoration française, instituée le 22 janvier 1852 par Louis-Napoléon Bonaparte pour récompenser les militaires ou assimilés, non-officiers.
Elle est parfois appelée « Médaille des braves ou bijou de la nation ». Elle récompense à la fois les soldats, gradés et sous-officiers, aspirants  et, à titre exceptionnel, les généraux ayant commandé en chef devant l'ennemi.

La médaille militaire a été, depuis sa création, la récompense des campagnes du Second Empire à nos jours,  elle a réuni sous sa devise : « Valeur et Discipline », les soldats les plus anonymes aux héros les plus populaires tels Georges Guynemer ou Jean Moulin.
Son port et sa disposition réglementaire, la placent immédiatement après la Croix de la Libération (en troisième position par rapport à la Légion d'honneur). Il reste loisible de la porter avant tout autre ordre ou distinctions. L'insigne est suspendu à un ruban jaune bordé de vert des deux côtés.
Elle est administrée par la chancellerie de la Légion d'honneur. Elle ne peut être concédée que pour des services militaires exceptionnels et un minimum de huit ans de campagne. L'attribution de la médaille militaire comportait à sa création, une rente annuelle insaisissable de cent franc-or, qui assurait au récipiendaire le pain et le tabac à vie. Cette rente est en 2006 d'un montant annuel de 4,57 euros.

La Première Guerre mondiale marque une étape importante dans l’histoire de la Légion d’honneur et de la Médaille militaire.
Au total, l’immense hécatombe de la Première Guerre mondiale a entraîné l’attribution de 1 400 000 Médailles Militaire, la plupart à titre posthume. Environ 185 000 médailles militaires ont été conférées durant les hostilités ; 58 000 par arrêtés ministériels postérieurs à la cessation des hostilités. Au 24 octobre 1923, environ un million de médailles militaires avaient déjà été décernées à titre posthume à des militaires et marins morts pour la France. L'effectif légal (nombre de titulaires en vie) était de 320 255 au 1er juin 1923

CROIX DE GUERRE : (1914-1918)  décoration militaire attribuée pour récompenser l'octroi d'une citation par le commandement militaire pour conduite exceptionnelle au cours de la Première Guerre mondiale.
Le nombre exact de titulaires de la Croix de guerre 1914-1918 est inconnu. Au 1er mars 1920, le ministère de la Guerre estimait à 2 055 000 le nombre de citations attribuées aux combattants des armées françaises et alliées. Mais ce chiffre ne tient pas compte des citations à titre posthume et des Croix de guerre avec palme accompagnant d'office la Légion d'honneur et la Médaille militaire.
Le premier poilu à recevoir la Croix de guerre fut le caporal Silvain Métivier le 23 février 1915, il était affecté au 66e régiment d'infanterie pendant les faits. La Croix de guerre 1914-1918 la plus « chargée » est celle de l’As des As français René Fonck avec 28 palmes et une étoile.
Les décorés ne sont pas seulement des combattants. Des aumôniers, des ambulanciers ont également reçu cette décoration ainsi que des civils et même un pigeon voyageur nommé Cher Ami, en 1916.
L'attribution de la Croix de guerre ne s'accompagne d'aucun cérémonial obligatoire. La remise à l'intéressé d'un extrait de l'ordre le citant suffit à établir ses droits au port de cette distinction.
La procédure officielle :

  • Premièrement, un acte officiel est écrit sur la demande du chef de corps du régiment auquel appartiennent l'officier, le sous-officier ou soldat concernant son acte de bravoure donnant droit à une citation puis à l'attribution d'une médaille (Croix de la Légion d'honneur, Médaille Militaire, Croix de guerre, Croix de la valeur militaire, etc.).
  •  Deuxièmement, la demande doit passer devant une commission chargée de l'octroi des récompenses. Cette commission est présidée par un officier supérieur épaulé par d'autres officiers.
  • Troisièmement, la demande sera envoyée sur rapport au ministre de la guerre (maintenant au ministre de la défense) qui donnera son avis.
  • Quatrièmement, un extrait de l'arrêté sera publié pour prendre rang à compter du … sur le journal officiel (seules les citations qui octroient la remise de la Légion d'honneur ou de la Médaille militaire sont publiées). Elles sont archivées au bureau des archives militaires de Pau.
  • Cinquièmement, l'intéressé peut porter sa décoration.



Mon arrière Grand-Père Clément DAVID a été cité à l’ordre de l’armée (journal officiel du 2 novembre 1916)

« A toujours fait preuve d’un courage et d’un dévouement exemplaire, blessé très grièvement à son poste, le 13 septembre 1915 – cécité complète »
Il a reçu la Médaille Militaire et la Croix de Guerre avec palme
   
Ruban de la croix de guerre 1914-1918                                           
Revers de la médaille militaire      
     



Palme de bronze
                           





Palme d’argent
 

Revers des 4 variantes






Sources ; Wikipedia ; Gallica ;